T. Yoka classé 15 eme WBO !!

Discussion autour de la boxe anglaise professionnelle
Répondre
Avatar du membre
Rocco
Modérateur
Modérateur
Messages : 7104
Enregistré le : 31 août 2005, 23:57
Localisation : Besancon
Contact :

18 févr. 2018, 17:49

sandman a écrit :
18 févr. 2018, 17:09
Rocco a écrit :
18 févr. 2018, 13:42
sandman a écrit :
17 févr. 2018, 11:57
C'est pas mal Leonet, en tout cas bien mieux qu'un journeyman inconnu ou qu'un invaincu en carton.
Mais ça m'étonnerait un peu, c'est qu'une rumeur ?
Bof, affronter Léonet pour un gars qui est classé 15 éme WBO c'est pas terrible, encore Tronche oui, il a le titre, la jeunesse et une bonne frappe...

Que ce soit sur le rythme des combats ou l'adversité rien de rassurant, je vois plus une carrière à là Asloum, un produit médiatique pour drainer du fric, séduire les téléspectateurs lambda...

J'y crois de moins en moins...
C'est du flanc son classement WBO, comment peut-on être classé comme cela avec juste trois combats contre des journeymen ?
Nous sommes d'accord, seule la WBA est crédible! :)
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!

Avatar du membre
andrew
une vraie vedette !
Messages : 27278
Enregistré le : 07 janv. 2009, 09:00
Localisation : plancoët

18 févr. 2018, 18:08

Ce serait aussi que SAMUEL KADJE qui boxe sous licence Belge affronte de bien meilleures adversités, encore un Géorgien hier soir qu'il a mis KO.
Tenancier PMU de Netboxe, Juge incorruptible du concours de pronos.

Avatar du membre
Rocco
Modérateur
Modérateur
Messages : 7104
Enregistré le : 31 août 2005, 23:57
Localisation : Besancon
Contact :

18 févr. 2018, 18:48

andrew a écrit :
18 févr. 2018, 18:08
Ce serait aussi que SAMUEL KADJE qui boxe sous licence Belge affronte de bien meilleures adversités, encore un Géorgien hier soir qu'il a mis KO.
Pourquoi KADJE boxe t'il sous licence Belge?
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!

Avatar du membre
andrew
une vraie vedette !
Messages : 27278
Enregistré le : 07 janv. 2009, 09:00
Localisation : plancoët

18 févr. 2018, 18:52

Promoteur Belge, celui de Delfine PERSOON
Tenancier PMU de Netboxe, Juge incorruptible du concours de pronos.

Avatar du membre
Leticiano
Boxeur amateur
Boxeur amateur
Messages : 360
Enregistré le : 22 nov. 2016, 13:05

19 févr. 2018, 17:07

Joseph Parker prend Tony Yoka aka LA CONQUETE pour sparring, en vue du combat contre Joshua

Avatar du membre
Rocco
Modérateur
Modérateur
Messages : 7104
Enregistré le : 31 août 2005, 23:57
Localisation : Besancon
Contact :

19 févr. 2018, 18:08

Leticiano a écrit :
19 févr. 2018, 17:07
Joseph Parker prend Tony Yoka aka LA CONQUETE pour sparring, en vue du combat contre Joshua
Il apprendra nettement plus que contre Léonet, ca c'est une bonne nouvelle par contre :wink:
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!

Avatar du membre
Briscoe
Netboxe Hall of Famer
Netboxe Hall of Famer
Messages : 27984
Enregistré le : 26 mai 2007, 17:15
Localisation : Caen
Contact :

19 févr. 2018, 20:45

Rocco a écrit :
19 févr. 2018, 18:08
Leticiano a écrit :
19 févr. 2018, 17:07
Joseph Parker prend Tony Yoka aka LA CONQUETE pour sparring, en vue du combat contre Joshua
Il apprendra nettement plus que contre Léonet, ca c'est une bonne nouvelle par contre :wink:
Tu sais Tony a déjà battu Parker deux fois en amateurs..
" Respecter le mérite des autres ne peut jamais être un tort"

Avatar du membre
Rocco
Modérateur
Modérateur
Messages : 7104
Enregistré le : 31 août 2005, 23:57
Localisation : Besancon
Contact :

19 févr. 2018, 21:24

Briscoe a écrit :
19 févr. 2018, 20:45
Rocco a écrit :
19 févr. 2018, 18:08
Leticiano a écrit :
19 févr. 2018, 17:07
Joseph Parker prend Tony Yoka aka LA CONQUETE pour sparring, en vue du combat contre Joshua
Il apprendra nettement plus que contre Léonet, ca c'est une bonne nouvelle par contre :wink:
Tu sais Tony a déjà battu Parker deux fois en amateurs..
Je savais qu'il l'avait battu au moins une fois, maintenant ils ont suivi deux voies différentes, Parker est champion du monde alors que Yoka se tape du chauffeur de taxi...
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire!

Avatar du membre
Briscoe
Netboxe Hall of Famer
Netboxe Hall of Famer
Messages : 27984
Enregistré le : 26 mai 2007, 17:15
Localisation : Caen
Contact :

19 févr. 2018, 21:33

Parker est passé pro beaucoup plus tôt. Tony a battu pas mal de bon boxeurs de niveau mondial en amateur. Maintenant aujourd'hui l'adversité est trop faible, il faudrait qu'il accentue le niveau et la fréquence des combats.
" Respecter le mérite des autres ne peut jamais être un tort"

smiley952
Boxeur professionnel
Boxeur professionnel
Messages : 427
Enregistré le : 23 mai 2012, 14:40

20 févr. 2018, 16:41

Bonne nouvelle pour lui qu'il ai Parker en sparring il va y gagner ....Cela dit la WBO a du le declasser il n est plus top 15 , mais à l'avenir il devrait rattraper cela encore quelques combats et une ceinture international de la fédé en questionet le tour est joué...

Avatar du membre
trantrois
Star du forum
Star du forum
Messages : 3860
Enregistré le : 26 oct. 2010, 05:10
Localisation : Paris

20 févr. 2018, 18:03

Si quelqu'un a la possibilité de proposer l'article sur Léonet qui est dans l'équipe en ligne je suis preneur.
Je suis à fond derrière lui pour ce combat!
"La boxe est une religion, tu peux y croire même si tu pratiques pas."
Julien Lorcy, archevêque.

Avatar du membre
Briscoe
Netboxe Hall of Famer
Netboxe Hall of Famer
Messages : 27984
Enregistré le : 26 mai 2007, 17:15
Localisation : Caen
Contact :

20 févr. 2018, 19:51

trantrois a écrit :
20 févr. 2018, 18:03
Si quelqu'un a la possibilité de proposer l'article sur Léonet qui est dans l'équipe en ligne je suis preneur.
Je suis à fond derrière lui pour ce combat!
exclusivité abonnés
Boxe Lourds
Yoka-Léonet au Palais des sports à Paris
Le 20/02/2018, mis à jour le 20/02/2018 17:54:09

"Le champion Olympique des super-lourds Tony Yoka affrontera l'ex champion de France des lourds, Cyril Léonet, le 7 avril prochain au Palais des sports.


C'est signé. C'est officiel. Pour son quatrième combat professionnel depuis qu'il s'est engagé avec Canal Plus en janvier 2017, Tony Yoka (25 ans) affrontera le Français Cyril Léonet (34 ans) le 7 avril au Palais des sports.

Pressenti depuis plusieurs jours, Cyril Léonet (24 combats, 12 victoires, 9 défaites, 3 nuls) a accepté le défi. Lui et son clan ont paraphé le contrat de ce combat annoncé en dix rounds, le premier sur cette distance pour Tony Yoka.


Originaire de Limoges, Léonet qu'on surnomme « Aldo » est issu de la communauté des gens du voyage. En janvier 2015, Léonet était devenu champion de France des poids lourds en s'imposant face à Alban Galonnier. Un titre national qu'il a défendu à quatre reprises avant de le perdre face au Nordiste Raphael Tronché, vainqueur aux points de Léonet, le 11 novembre dernier.

Certes plus expérimenté, Léonet (1,84 m) n'aura pas la tâche facile pour casser la distance et inquiéter Yoka qui avec 2,01 mesure dix sept centimètres de plus. « Il sera plus lourd et plus grand, reconnaît Léonet, mais je vais faire en sorte de ne pas le laisser dans son confort. Avec mon entraîneur Gilles Martin nous travaillons sur une stratégie. »

Yoka et Léonet se connaissent car le Limougeaud avait accepté de monter sur Paris pour servir de sparring à Yoka, en mai 2017, quelques jours avant que Yoka n'étrenne son passage chez les professionnels. Sur trois sessions, les deux boxeurs avaient disputé une dizaine de rounds. « On avait eu une très bonne relation, se souvient Léonet. Yoka est quelqu'un de bien. Il est humble. Dans la vie il est différent de l'image qu'il dégage à la télé où l'on a le sentiment qu'il se la pète. La vérité c'est que Tony et son père Victor m'ont montré beaucoup de respect. Tony était même venu me voir à mon hôtel. »

Tony Yoka s'entraîne dans la salle de l'entraîneur américain Virgil Hunter à Union City, banlieue de San Francisco, en Californie. (F.Seguin/L'Equipe)

Un test pour Yoka avant le championnat de France ?

Contrairement aux rumeurs, ce n'est pas au Zénith (capacité 5000 places) mais au Palais des Sports de la porte de Versailles, à Paris, que Tony Yoka et Cyril Léonet s'affronteront le 7 avril.

L'accord avec le Palais des sports vient juste d'être signé par son promoteur Ringstar. C'est dans cette salle, haut lieu de la boxe parisienne, que Tony Yoka (25 ans) avait disputé son premier combat, le 2 juin dernier face à l'Américain Travis Clark. Le Français l'avait emporté par arrêt de l'arbitre au 2e round. Pour l'occasion, l'enceinte d'une capacité de 3700 places avait fait le plein.

Afin d'avoir du rythme pour ce défi face à Yoka, Léonet disputera un combat de préparation – en six rounds – face à Alban Galonier (1,98 m) le 2 mars prochain à Fontvieille, dans les bouches du Rhône.

Yoka lui, continue de s'entraîner à Hayward dans la salle de Virgil Hunter, où il est reparti depuis le début de l'année et où son épouse Estelle Mossely l'a rejoint avec leur fils Ali âgé de six mois. La championne Olympique (- 60kg) a repris l'entraînement et a annoncé vouloir passer professionnelle. Pour l'heure, elle n'a signé avec aucun promoteur.

Pour Yoka, ce combat du 7 avril face à un ex champion de France aura valeur de test s'il décidait de s'attaquer à la ceinture de champion de France détenue par Raphaël Tronché (28 ans). Un affrontement qui aurait du sens et un fort intérêt car Tronché reste invaincu en 9 combats."

" Respecter le mérite des autres ne peut jamais être un tort"

Avatar du membre
brasilou
Boxeur chevronné
Boxeur chevronné
Messages : 1451
Enregistré le : 30 sept. 2011, 23:22

20 févr. 2018, 20:00

Briscoe a écrit :
20 févr. 2018, 19:51
trantrois a écrit :
20 févr. 2018, 18:03
Si quelqu'un a la possibilité de proposer l'article sur Léonet qui est dans l'équipe en ligne je suis preneur.
Je suis à fond derrière lui pour ce combat!
exclusivité abonnés
Boxe Lourds
Yoka-Léonet au Palais des sports à Paris
Le 20/02/2018, mis à jour le 20/02/2018 17:54:09

"Le champion Olympique des super-lourds Tony Yoka affrontera l'ex champion de France des lourds, Cyril Léonet, le 7 avril prochain au Palais des sports.


C'est signé. C'est officiel. Pour son quatrième combat professionnel depuis qu'il s'est engagé avec Canal Plus en janvier 2017, Tony Yoka (25 ans) affrontera le Français Cyril Léonet (34 ans) le 7 avril au Palais des sports.

Pressenti depuis plusieurs jours, Cyril Léonet (24 combats, 12 victoires, 9 défaites, 3 nuls) a accepté le défi. Lui et son clan ont paraphé le contrat de ce combat annoncé en dix rounds, le premier sur cette distance pour Tony Yoka.


Originaire de Limoges, Léonet qu'on surnomme « Aldo » est issu de la communauté des gens du voyage. En janvier 2015, Léonet était devenu champion de France des poids lourds en s'imposant face à Alban Galonnier. Un titre national qu'il a défendu à quatre reprises avant de le perdre face au Nordiste Raphael Tronché, vainqueur aux points de Léonet, le 11 novembre dernier.

Certes plus expérimenté, Léonet (1,84 m) n'aura pas la tâche facile pour casser la distance et inquiéter Yoka qui avec 2,01 mesure dix sept centimètres de plus. « Il sera plus lourd et plus grand, reconnaît Léonet, mais je vais faire en sorte de ne pas le laisser dans son confort. Avec mon entraîneur Gilles Martin nous travaillons sur une stratégie. »

Yoka et Léonet se connaissent car le Limougeaud avait accepté de monter sur Paris pour servir de sparring à Yoka, en mai 2017, quelques jours avant que Yoka n'étrenne son passage chez les professionnels. Sur trois sessions, les deux boxeurs avaient disputé une dizaine de rounds. « On avait eu une très bonne relation, se souvient Léonet. Yoka est quelqu'un de bien. Il est humble. Dans la vie il est différent de l'image qu'il dégage à la télé où l'on a le sentiment qu'il se la pète. La vérité c'est que Tony et son père Victor m'ont montré beaucoup de respect. Tony était même venu me voir à mon hôtel. »

Tony Yoka s'entraîne dans la salle de l'entraîneur américain Virgil Hunter à Union City, banlieue de San Francisco, en Californie. (F.Seguin/L'Equipe)

Un test pour Yoka avant le championnat de France ?

Contrairement aux rumeurs, ce n'est pas au Zénith (capacité 5000 places) mais au Palais des Sports de la porte de Versailles, à Paris, que Tony Yoka et Cyril Léonet s'affronteront le 7 avril.

L'accord avec le Palais des sports vient juste d'être signé par son promoteur Ringstar. C'est dans cette salle, haut lieu de la boxe parisienne, que Tony Yoka (25 ans) avait disputé son premier combat, le 2 juin dernier face à l'Américain Travis Clark. Le Français l'avait emporté par arrêt de l'arbitre au 2e round. Pour l'occasion, l'enceinte d'une capacité de 3700 places avait fait le plein.

Afin d'avoir du rythme pour ce défi face à Yoka, Léonet disputera un combat de préparation – en six rounds – face à Alban Galonier (1,98 m) le 2 mars prochain à Fontvieille, dans les bouches du Rhône.

Yoka lui, continue de s'entraîner à Hayward dans la salle de Virgil Hunter, où il est reparti depuis le début de l'année et où son épouse Estelle Mossely l'a rejoint avec leur fils Ali âgé de six mois. La championne Olympique (- 60kg) a repris l'entraînement et a annoncé vouloir passer professionnelle. Pour l'heure, elle n'a signé avec aucun promoteur.

Pour Yoka, ce combat du 7 avril face à un ex champion de France aura valeur de test s'il décidait de s'attaquer à la ceinture de champion de France détenue par Raphaël Tronché (28 ans). Un affrontement qui aurait du sens et un fort intérêt car Tronché reste invaincu en 9 combats."

Merci. :yaisse:

Avatar du membre
Briscoe
Netboxe Hall of Famer
Netboxe Hall of Famer
Messages : 27984
Enregistré le : 26 mai 2007, 17:15
Localisation : Caen
Contact :

20 févr. 2018, 20:15

Et celui de l'Equipe mag spécial "Aldo " Cyril Leonet, A LIRE ABSOLUMENT pour les gens qui ne connaissent pas trop la boxe en France !!
C'est un article qui date mais qui a été réédité.

Aldo, l'autre visage de la boxe en France

Le 17/02/2017, mis à jour le 18/02/2017 09:17:07

" À des années-lumières de Yoka, Klitschko ou Joshua, le champion de France des lourds Cyril Léonet, Gitan dur au mal surnommé «Aldo», combat pour des bourses dérisoires. Quand les soirées ne sont pas annulées au dernier moment, comme ce samedi. Son histoire raconte le milieu méconnu de la boxe professionnelle en France.

Les coups? Aldo n'en fait pas grand cas. Il en a tant donné et tant reçu, sur le ring ou dans la rue. «C'est rien, ça. Tu as un peu mal le lendemain, mais ça n'atteint pas le moral, pas comme les mauvaises nouvelles...» La semaine dernière, c'est un simple coup de fil qui a piqué Aldo comme un uppercut bien vissé. Son coach lui a annoncé que son Championnat de France des lourds, prévu ce samedi à Paris, était annulé. «Cinq mois de sacrifices envolés, ça te tue!» Cyril Léonet, surnommé Aldo, détient son titre depuis le 24 janvier 2015. L'aboutissement d'un destin personnel pour ce père de trois enfants, et la fierté de toute une communauté. «Je suis né en 1983 à Limoges, à l'époque il n'y avait pas d'aire d'accueil pour les Gitans. On bougeait tous les dix jours, de campements en usines désaffectées.»

Aldo aimait bien l'école, les maths surtout. «Mais, à dix ans, je nettoyais les vitres des magasins, je faisais les rameaux ou les vendanges... J'ai quand même été jusqu'en troisième, c'est rare pour un gars de ma génération.» Comme beaucoup de mômes, il a un temps rêvé de foot, mais ses prédispositions étaient à la castagne. «Chez nous, dès gamin, faut être un homme. Parce que, plus tard, on devra mener la baraque, diriger le camping et choisir les directions. C'est compliqué d'être faible. Si un gosse revient en pleurant parce qu'il s'est fait taper, on l'incite à repartir se battre, jusqu'à ce qu'il ait le dessus.»

Pris en main par Gilles Martin, qui fut champion de France amateurs juniors des super légers en 1983, l'année de sa naissance, Aldo dévore la série des films Rocky et s'initie au Red Star, club de boxe situé sous les tribunes du stade Beaublanc des basketteurs du CSP Limoges. Il fait un bref passage en équipe de France amateurs, mais impossible de rester enfermé à l'Insep. Alors, en 2006, il passe pro, enchaîne les combats. Sa vaillance compense son manque de puissance. «J'ai pas peur. Pour m'être souvent battu dans la rue, je ne redoute jamais la confrontation. J'ai fait avec mes armes...» Aujourd'hui, il compte 11 victoires, 8 défaites et 2 nuls, en 21 combats.

« J'ai pas peur. Pour m'être souvent battu dans la rue, je ne redoute jamais la confrontation. J'ai fait avec mes armes... »
«Ma carrière a vraiment démarré fin 2013, quand j'ai rencontré Bernard Faure», concède Aldo. Alors qu'il s'entraînait à peine et ne boxait qu'au courage, le champion de France de marathon en 1982, consultant télé pour l'athlétisme sur France Télévisions pendant près de trente ans, lui fait découvrir les séances de préparation sur piste, la musculation et la diététique : à 18 ans, Aldo accusait 125 kg, aujourd'hui il boxe à 105 kg pour 1,86 m. Et Faure ne va plus le lâcher. L'ex-marathonien de 63 ans et le boxeur de 33 ans s'appellent deux fois par jour. Et, une fois par semaine, Bernard prend la route depuis la Dordogne pour rejoindre Aldo à Limoges. «J'ai vu Aldo encaisser des entraînements hallucinants, raconte Laurent Seigne, qui fut le coach du CA Brive, champion d'Europe de rugby en 1997, avec Bernard Faure comme préparateur physique. Il a un mental bien au-dessus de la moyenne, en plus d'être un gars intègre humainement. Si je l'avais connu plus tôt, j'en aurais fait un super talonneur.»

«J'ai eu envie de l'aider parce que j'ai été sensible à sa condition de Gitan, confie Bernard Faure. Ils sont près de quatre cent mille, des Français que notre société semble ne pas vouloir voir.» L'ancien athlète de haut niveau se rend à la salle, observe et compte les coups. Lors d'un combat, il dénombre 942 frappes déclenchées par Aldo (un ratio énorme, proche de celui des poids légers) et six cents encaissées. Et adapte ses séances en conséquence. «Maintenant, je peux lever les bras douze rounds durant sans tétaniser», jubile Aldo. Le gain physique se transmet au psychique. En confiance, Aldo a défendu deux fois sa ceinture de champion de France conquise en janvier 2015.

«Bernard nous a apporté de la stabilité, reconnaît Gilles Martin, le coach de toujours. De la crédibilité aussi, parce que moi, avec mon passé...» Père de substitution pour ce gamin très tôt livré à lui-même – « Aldo devait parfois voler au supermarché pour bouffer. Alors je le prenais chez moi, je lui cuisais un steak » –, Martin va disparaître, longtemps. «J'ai fait six ans de cabane entre 1995 et 2001.» Ancien artificier, il est suspecté d'association de malfaiteurs avec le grand banditisme. «Ils ont trouvé 500 kg de gomme explosive dans un 4x4 qui m'avait appartenu...» Trimbalé de centrales en maisons d'arrêt, Martin passera son brevet d'État de boxe en pensant à sa réinsertion.

Cyril Léonet, dit Aldo, ne supporte pas de rester entre quatre murs et ressent en permanence le besoin d'être entouré de son clan : « La solitude, l'enfermement ? Je pète un plomb ! »
À sa sortie de détention, il retrouve Aldo. «Pour la boxe, mais pas seulement. Je m'efforce de lui montrer le bon chemin pour qu'il ne fasse pas les mêmes conneries que moi. Il est vif, il a du caractère. Comme il a de l'aura, on vient souvent le solliciter pour des histoires...» Aldo a perdu du temps et lui aussi connu des démêlés avec la justice. «Je suis tranquille, mais il y a un autre mec à l'intérieur de moi très en colère... Quand je suis énervé, c'est compliqué. Je vois tout noir, je ne pense plus... La boxe m'a aidé à me calmer.»

Une chose est sûre : Aldo ne boxe pas pour l'argent. Ce samedi, il devait défendre sa ceinture pour 15 000 euros. Très loin des plus de 1,5 million d'euros annuels alloués par Canal+ au champion olympique Tony Yoka ou des 40 millions que se partageront les poids lourds ukrainien Vladimir Klitscho et anglais Anthony Joshua, le 29 avril prochain devant 90000 spectateurs à Wembley, lors du choc retransmis par SFR. Un événement à des années-lumière du quotidien du champion de France de la catégorie reine qui accumule les désillusions. «Cette année, trois de mes adversaires ont annulé, sans que j'en connaisse la raison.»

En manque de combats, Aldo a accepté en juillet dernier d'affronter le Nordiste Raphaël Tronché, trois mois plus tard à Calais. Une défense de son titre «par dérogation», une formule administrative signifiant que cet adversaire n'était pas son challenger officiel. La bourse proposée était de 12 000 euros. Aldo a été contraint de se brader pour cette somme dérisoire : «J'étais impatient, énervé de ne pas combattre. Je voulais boxer.» Il s'est préparé, à ses frais, deux mois durant. Début septembre, il a pris un mauvais coup à l'entraînement. Dur au mal, il n'a d'abord pas prêté attention à ses maux de crâne. Mais des vomissements l'ont intrigué. Ses proches ont dû insister pour qu'il se rende aux urgences. Un scanner a détecté une commotion cérébrale. Bilan : un mois d'arrêt et combat annulé. Un de plus.

« La boxe pro, ça ne veut rien dire. Les gars sont bien plus aidés chez les amateurs avec l'encadrement fédéral » Bernard Faure
La défense de son titre de champion de France, censée se dérouler ce samedi, était d'abord prévue le 12 janvier, puis reportée au 25 février avant d'être avancée au 18. Aldo a repris l'entraînement en novembre. Onze séances hebdomadaires. Trois mois d'obsession à se conditionner en fixant la photo de son adversaire. Faute de partenaires d'entraînement, il a multiplié les déplacements à Toulouse pour croiser les gants face au cogneur arménien Arsène Goulamirian. Le tout payé de sa poche. Pire, il s'est astreint à dormir à l'hôtel. «Je déteste ! La solitude, l'enfermement... Je pète un plomb!» Il s'est aussi rendu en Angleterre pour servir de sparring au poids lourds anglais David Price.

Bernard Faure s'exaspère de cette réalité qu'il a découverte : «Aldo met sa vie de côté pour la boxe. Il consent des sacrifices et des renoncements, refuse des chantiers de toiture ou d'élagage, se prive de sa famille... Et, huit jours avant le combat, les organisateurs annulent un événement prévu par contrat depuis octobre. Quelle inconséquence ! La boxe professionnelle, ça ne veut rien dire. Les gars sont bien plus aidés chez les amateurs avec l'encadrement fédéral. Ce qu'accomplit Aldo est hallucinant. Il a un cœur énorme, mais il va à la guerre avec un lance-pierre!»

La réalité d'Aldo est celle de la majorité des professionnels français. Comme son challenger Faïsal Arrami, tout aussi abattu. «C'est mon quatrième combat annulé depuis septembre, déplore le poids lourd toulonnais. Ma bourse devait être de 11 000 euros. Après avoir payé tout le monde, coaches ou kiné, il ne me serait resté que 8500 euros... Et les frais de déplacement à ma charge. Ça n'a pas empêché l'un des promoteurs de me demander de baisser ma bourse de 4000 euros ! »


Le poids lourds français aux 21 combats est champion de France depuis 2015, titre qu'il a défendu à deux reprises.
En juin dernier, le secrétaire d'État aux Sports, Thierry Braillard, a annoncé la création d'une ligue professionnelle début 2017, afin de «relancer la boxe pro, donner un vrai statut aux boxeurs, des revenus, une organisation et de la transparence». En attendant, la réalité des rings demeure erratique, la discipline mal structurée et livrée à des promoteurs privés inconséquents. Le président de la Fédération française de boxe, André Martin – seul candidat à sa succession –, a pour sa part été réélu le 4 février, avec 77,9% des voix à la tête de la Fédération.

Aldo, lui, ne veut pas lâcher son rêve de disputer un Championnat d'Europe. Au lendemain de l'annulation de son combat, il est retourné s'entraîner avec l'espoir d'une éclaircie. «Un combat face à Yoka, j'adorerais.» Pour ce samedi, il s'était fait confectionner un beau short de gala. Il est y écrit «Dixon», le prénom de son fils, avec un dessin de hérisson, emblème des gens du voyage. Bientôt, il le mettra. Il est prêt. Il attend juste un combat."
" Respecter le mérite des autres ne peut jamais être un tort"

Avatar du membre
trantrois
Star du forum
Star du forum
Messages : 3860
Enregistré le : 26 oct. 2010, 05:10
Localisation : Paris

20 févr. 2018, 20:57

Briscoe a écrit :
20 févr. 2018, 19:51
trantrois a écrit :
20 févr. 2018, 18:03
Si quelqu'un a la possibilité de proposer l'article sur Léonet qui est dans l'équipe en ligne je suis preneur.
Je suis à fond derrière lui pour ce combat!
exclusivité abonnés
Boxe Lourds
Yoka-Léonet au Palais des sports à Paris
Le 20/02/2018, mis à jour le 20/02/2018 17:54:09

"Le champion Olympique des super-lourds Tony Yoka affrontera l'ex champion de France des lourds, Cyril Léonet, le 7 avril prochain au Palais des sports.


C'est signé. C'est officiel. Pour son quatrième combat professionnel depuis qu'il s'est engagé avec Canal Plus en janvier 2017, Tony Yoka (25 ans) affrontera le Français Cyril Léonet (34 ans) le 7 avril au Palais des sports.

Pressenti depuis plusieurs jours, Cyril Léonet (24 combats, 12 victoires, 9 défaites, 3 nuls) a accepté le défi. Lui et son clan ont paraphé le contrat de ce combat annoncé en dix rounds, le premier sur cette distance pour Tony Yoka.


Originaire de Limoges, Léonet qu'on surnomme « Aldo » est issu de la communauté des gens du voyage. En janvier 2015, Léonet était devenu champion de France des poids lourds en s'imposant face à Alban Galonnier. Un titre national qu'il a défendu à quatre reprises avant de le perdre face au Nordiste Raphael Tronché, vainqueur aux points de Léonet, le 11 novembre dernier.

Certes plus expérimenté, Léonet (1,84 m) n'aura pas la tâche facile pour casser la distance et inquiéter Yoka qui avec 2,01 mesure dix sept centimètres de plus. « Il sera plus lourd et plus grand, reconnaît Léonet, mais je vais faire en sorte de ne pas le laisser dans son confort. Avec mon entraîneur Gilles Martin nous travaillons sur une stratégie. »

Yoka et Léonet se connaissent car le Limougeaud avait accepté de monter sur Paris pour servir de sparring à Yoka, en mai 2017, quelques jours avant que Yoka n'étrenne son passage chez les professionnels. Sur trois sessions, les deux boxeurs avaient disputé une dizaine de rounds. « On avait eu une très bonne relation, se souvient Léonet. Yoka est quelqu'un de bien. Il est humble. Dans la vie il est différent de l'image qu'il dégage à la télé où l'on a le sentiment qu'il se la pète. La vérité c'est que Tony et son père Victor m'ont montré beaucoup de respect. Tony était même venu me voir à mon hôtel. »

Tony Yoka s'entraîne dans la salle de l'entraîneur américain Virgil Hunter à Union City, banlieue de San Francisco, en Californie. (F.Seguin/L'Equipe)

Un test pour Yoka avant le championnat de France ?

Contrairement aux rumeurs, ce n'est pas au Zénith (capacité 5000 places) mais au Palais des Sports de la porte de Versailles, à Paris, que Tony Yoka et Cyril Léonet s'affronteront le 7 avril.

L'accord avec le Palais des sports vient juste d'être signé par son promoteur Ringstar. C'est dans cette salle, haut lieu de la boxe parisienne, que Tony Yoka (25 ans) avait disputé son premier combat, le 2 juin dernier face à l'Américain Travis Clark. Le Français l'avait emporté par arrêt de l'arbitre au 2e round. Pour l'occasion, l'enceinte d'une capacité de 3700 places avait fait le plein.

Afin d'avoir du rythme pour ce défi face à Yoka, Léonet disputera un combat de préparation – en six rounds – face à Alban Galonier (1,98 m) le 2 mars prochain à Fontvieille, dans les bouches du Rhône.

Yoka lui, continue de s'entraîner à Hayward dans la salle de Virgil Hunter, où il est reparti depuis le début de l'année et où son épouse Estelle Mossely l'a rejoint avec leur fils Ali âgé de six mois. La championne Olympique (- 60kg) a repris l'entraînement et a annoncé vouloir passer professionnelle. Pour l'heure, elle n'a signé avec aucun promoteur.

Pour Yoka, ce combat du 7 avril face à un ex champion de France aura valeur de test s'il décidait de s'attaquer à la ceinture de champion de France détenue par Raphaël Tronché (28 ans). Un affrontement qui aurait du sens et un fort intérêt car Tronché reste invaincu en 9 combats."

T'es un champion! :yaisse:
"La boxe est une religion, tu peux y croire même si tu pratiques pas."
Julien Lorcy, archevêque.

Répondre
  • Informations
  • Qui est en ligne

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités